Soutien à LDMT

Soutien à LDMT

Pagina verificata Creato il 03 febbraio 2018 Contatti

LE RESEAU ASOCIAL

- 0
  • On appelle à tort, ou très hypocritement, "réseau social" une structure informatique qui produit des asociaux.

    En effet, le but de ces réseaux est de permettre aux gens d'étaler leur nombril, de se dorer l'ego, et toute mise en avant PERMANENTE de soi, dans un tel étalage de nombrils, a pour résultat de positionner soi contre les autres.

    Plus on cherche à se donner de l'importance, moins on voudra donner d'importance aux autres.
    Plus on voudra être haut, plus l'autre devra être bas.
    Plus on voudra être haut, briller, plus on devra mentir, tricher, et ce dans un unique but : mieux exister que son voisin.

    Des tendances présentes à l'état latent dans une société sans "réseaux sociaux", ou actualisées de manière temporaire, erratique et tempérées par des valeurs, la morale, les règles de politesse, se retrouvent constamment nourries sur les réseaux sociaux.

    Un être social est un être qui sait se mettre des bornes, ou à qui on a mis des bornes, justement pour pouvoir vivre en société. Et cela a des avantages certains. Notamment une diminution du stress lié à la solitude et des compensations affectives, même minimes.

    Un "réseau social" est l'aboutissement d'une logique prédatrice enseignée aux gens depuis environ 40 ans, lorsqu'on a commencé à répéter au peuple qu'il n'y avait pas de bornes, pas de limites, que chacun devait aller toujours plus loin... sans les autres.
    Sans limites, la prosociabilité s'effondre, est dénigrée, moquée, et chacun devient l'ennemi de son voisin.

    Il n'est peut-être pas loin le temps où chacun, comme au Rwanda en 1995, ira tenter de découper son voisin à la machette.
    Pour l'instant, la machette est virtuelle, sur les réseaux sociaux. Cela a forcément des incidences dans la vie réelle.

    Il a fallu peu de temps, finalement, pour que les réseaux sociaux achèvent quasiment leur fabrique d'asociaux.

    Il suffisait pour cela d'instrumentaliser l'immense besoin d'approbation de chaque individu, venant compenser le manque d'amour, l'insécurité affective, établis depuis l'enfance, par des parents maltraitant, négligents ou rejetants.

    Finalement, c'est le manque d'empathie et donc de prosociabilité qui pousse des gens en manque d'amour à devenir des fossoyeurs d'amour.

    Les réseaux dits sociaux rendent les gens bien plus cons qu'ils ne l'étaient déjà, en les conduisant à faire exactement l'inverse de ce qu'ils devraient faire pour trouver ce dont ils ont le plus besoin.